Sabang Philippines
Asie,  Philippines

Plongées sous-marines à Sabang, sur l’île de Mindoro

Après une nuit à attendre dans l’aéroport de Manille, je quitte le café qui m’a accueillie pendant ces longues heures et me dirige vers la centrale de taxi. Ma première étape de ces trois semaines de voyage à travers l’archipel des Philippines sera le village de Sabang, sur l’île de Mindoro située juste au sud de la capitale. Pour l’atteindre je devrais enchaîner différents modes de transports (déjà). J’ai hâte d’y être. Une longue séries de plongées que j’espère fabuleuses m’y attend.  

Sabang

Il est à peine 7 heures du matin à Manille et pourtant les bouchons ressemblent à ceux que l’on retrouve sur le périphérique parisien un vendredi soir à 18h. Le chauffeur se fraye un chemin tant bien que mal parmi les tricycles et scooter. Je suis contente de quitter la capitale philippine. Elle me semble familière pourtant, avec ses stands de rue, ses câbles électriques suspendus au dessus des trottoirs, le bruit des klaxons. On évite une moto à droite et un tricycle à gauche. La mégalopole est une des plus denses au monde avec pas moins de 11 millions d’habitants. J’ai l’impression d’étouffer…J’ai hâte d’arriver dans les campagnes. Le taxi me dépose à la gare routière et je saute dans le bus, direction Batangas d’où je prends un bateau direction Sabang, à l’extrême Nord de l’île de Mindoro.

Sabang est un petit village agréable à regarder depuis le bateau qui nous y dépose, mais j’ai trouvé qu’il perdait rapidement de son charme lorsque l’on s’y aventurait un peu. La promiscuité du port avec le reste de la ville y est sans doute pour quelque chose. La concentration de bars à escort est élevée pour une ville aussi petite. L’atmosphère est étrange. Cela dit, je n’étais pas sur Sabang pour flâner dans les rues, mais pour profiter de ses sites de plongées. 

J’ai posé mon sac dans un des nombreux resort qui bordent l’île. Le cadre est agréable et les espaces de vie donnent directement sur la plage. Le temps est agréable et ensoleillé, sans être d’une chaleur écrasante. Tout est parfait. Après un rapide check-in, j’investis ma chambre. Elle est spacieuse et confortable, sans pour autant avoir le charme des îles que j’espérais. Mais peut-être avais-je trop d’attente et trop de préconceptions. J’ai eu un mal fou à me remettre du décalage horaire. Il était impossible pour moi de garder les yeux ouverts jusqu’à 20h. Du coup, je me retrouvais parfaitement réveillée à 2h. Autant vous dire que le temps est long quand vous êtes la seule personne réveillée à cette heure là. Je dois avouer que pour le coup, le resort est particulièrement calme. Cela change des auberges de jeunesse que j’ai l’habitude de fréquenter et qui organisent parfois des jeux de boissons jusqu’à des heures improbables. Heureusement, toutes les A.J. ne sont pas comme ça.

Au lever du jour, je sors de ma chambre et commande un petit déjeuner bien consistant à déguster sur une place de choix : juste devant la plage ! La marée est descendue très bas durant la nuit et commence à remonter tranquillement. Il y a encore quelques chiens errants qui traînent sur le sable, finissant leur nuit avec les premiers rayons du soleil. La plage est nettoyée par les différents employés des centres de plongée alentour et le village se réveille tout doucement. J’aime particulièrement ces ambiances très intimes, lorsque l’on a l’impression d’être les témoins de l’éveil du monde.

Il est temps pour de me préparer à ma première journée de plongées. Je me sens un peu fébrile. Cela fait presque un an que je n’ai pas plongée. Mais les réflexes reviennent petit à petit et je me détends un peu plus au fur-et-à-mesure que ma mémoire se réactive. 

La visibilité est assez moyenne en raison de la présence de particules et je manque de repères, mais les petites poissons colorés sont présents partout et offrent un joli spectacle. Contre toute attente, l’eau est fraîche, et j’ai vite froid en fin de plongée. Je suis pourtant équipée d’une combinaison. Difficile de vraiment apprécier la sortie quand on est plus préoccupée par la température de l’eau que par le spectacle qu’elle joue. Et puis la fatigue joue aussi son rôle là-dedans. Le fond est sableux et très peu fourni en coraux et quelques petites épaves servent de refuges à la faune marine. Je ne suis pas extasiée par ce spot, mais la magie opère tout de même. Observer la vie sauvage est un spectacle fascinant qui me satisfait amplement. 

Le soir venu, tranquillement installée dans mon fauteuil à déguster mon plat de riz, le sommeil me gagne violemment. Impossible de résister. Me voilà qui m’échappe dans mon bungalow et qui m’effondre une fois de plus à 20h. Je vais avoir beaucoup de mal à me sortir de ce cercle vicieux…

 

Sabang PhilipinesLe jour suivant, les yeux rougis de m’être encore réveillée au milieu de la nuit, nous partons pour notre seconde zone de plongée. Une fois tous arrivés, c’est le moment de se glisser dans l’eau tiède. Tout le monde descend tranquillement et progressivement. Tout le monde sauf moi. Ma combinaison ne se remplit pas d’eau et crée un effet de bulle d’air qui me maintient à la surface. Tout le monde a disparu de mon champs de vision et j’ai beau scruter le fond à travers mon masque, je ne vois aucun de mes camarades de plongée. Le temps que je réalise que ma combinaison était la seule fautive, notre guide de plongée remonte et m’entraîne vers le fond. Autant vous dire que sur de nombreux aspects, j’ai plus que douté du professionnalisme de mon guide. 

1- On ne tire jamais un plongeur vers le fond. D’autant que j’ai besoin d’équilibrer mes oreilles très rapidement (dès le premier mètre)

2- La règle primordiale d’un guide de plongée est de s’assurer que tous les plongeurs sont bien tous là. 

 Une fois au fond et mes oreilles bien équilibrées, l’incident a vite été oublié et j »ai pu profiter de la plongée qui s’est révélée être au-delà de mes espérances. Il y avait une profusion de poissons qui s’agitaient tout autour de moi, dansants et virevoltants entre les plantes et les coraux. Il y avait tellement de choses à regarder que je ne savais plus où donner de la tête. Un pur régal !

Mon seul bémol sur ce site de plongée aura été le froid…contre toute attente, il fait autour de 20°c dans le fond et quand vous faites très peu de mouvements, vous le ressentez très vite en fin de parcours. Mais ces deux journées de plongées auront été un vrai plaisir. 

 
 
 

Informations pratiques

BLUE RIBBON DIVERS

Le resort est classé 5 étoiles PADI. Ils proposent différentes formules de plongées :

– avec ou sans équipement
– type de logement (bungalow ou chambre simple)
– nombre de plongées etc…

Personnellement j’ai opté pour la solution suivante :

– 3 nuits en bungalow
– 6 plongées
– location équipement complet (hors ordi de plongée) soit : palmes, masque, bouteille, détendeur, BCD, combinaison, poids

Total : 13560 PHP (~ 260 euros)

Site Web : http://blueribbondivers.com/

Niveau service :

C’est difficile à dire. Globalement l’expérience a été bonne, même si j’ai trouvé que mon dive master manquait un peu de rigueur. Après chacun met le curseur sécurité là où il l’entend. Pour ma part, il y a eu deux moments un peu limite, dont je me serais bien passée…surtout que j’ai encore peu de plongées à mon actif. Malgré tout, cela n’a pas gâché ces superbes moments sous l’eau.

Shirly qui m’a accueillie et avec laquelle j’ai échangé par mail pour ma réservation a été ultra serviable et disponible. Le staff d’une manière générale est au petit soin et fait tout pour que vous ayez ce dont vous avez besoin. La nourriture est bonne et les chambres sont propres (cela peut sembler étrange de préciser cela, mais je peux vous assurer que parfois on a des surprises !)

Sous l’eau :

La visibilité n’était pas terrible. Le plancton se reproduit en ce moment ce qui crée beaucoup de particules.

On trouve ici plus de petits poissons que de gros spécimen. Cela dit, ce la ne gâche pas le plaisir et les épaves sont vraiment très chouettes.

Le deuxième jour a été beaucoup plus passionnant pour moi. J’aime particulièrement les spots de plongées où on retrouve une multitude de poissons. Donc les « jardins » de coraux et autres « nurseries » sont ce que je cherche et ce que j’ai trouvé. 🙂

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.