Thailande

Thaïlande : mes péripéties à Bangkok

A peine débarquée de l’avion, je saute dans un taxi en évitant les arnaques habituelles des aéroports. Je demande à être déposée à Khao San Road (le rue la plus touristiqu de Bangkok) où je souhaite trouver une chambre. Mes quelques semaines passées en Birmanie et le manque de vie nocture se sont cruellement fait sentir, et j’ai besoin d’animation.

A ce niveau là j’ai été plus que servie. Khao San Road est grouillante d’activité. Il y en a absolument partout. Des bars, des boutiques de souvenirs, des vendeurs de rue etc…A peine descendue de mon taxi, qu’on me glisse un énorme plateau de brochettes de scorpions sous le nez. Cela surprend !

J’rrive enfin à trouver une chambre pas trop cher en plein milieu de Khao San. Jeune naïve que je suis, je trouvais tout ça très sympa, jusqu’à ce que je réalise que ette « ambiance » était partie pour durer toute la nuit…Et autant vous le dire tout de suite, le double-vitrage n’existe pas ici. Ma première nuit a été un vrai cauchemar !

J’ai eu droit à tous les pires remix possibles et immaginables à fond les baffles jusqu’à deu heures du matin.  Mais ma guesthouse est vraiment peu cher, donc je prends mon mal en patience et essaye de faire comme si je ne voyais pas tout ces touristes se promener au bras de prostituées à peine majeur…

Au-delà de l’aspect peu reluisant de Bangkok et de la Thaïlande que nous avons tous vu dans les reportages sensation, Bangkok est une ville absolument géniale !

Au programme de ces deux jours :

  • Visite de Wat (temples)
  • Shopping
  • Balade dans les quartiers
  • Apero chic sur un gratte ciel

Les temples thaïlandais sont raffinés et éblouissants, au sens littéral du terme. J’ai bien évidemment fait les incontournables à savoir le Palais Royal et ma traditionnelle balade à pied dans la ville. Bangkok est une ville immense qui s’étend sur des kilomètres. A côté, Paris est un petit village. Et il y a tellement à voir.

Donc, après une session visite, je me suis accordée un petit tout au centre commercial pour trouver de quoi faire du snorkeling dans les prochains jours. Le centre commercial est aboslument immense et il n’est bien-sûr pas le seul de la ville.  J’ai finalement réussi à trouver mon bonheur, même si je ne suis pas convaincue d’avoir pris la bonne taille de masque. Ne pouvant pas essayer, j’ai pris ce qu’il me semblait être le plus juste.

Après cette longue journée de marchet et de visite, je me suis dit qu’une soirée avec vue sur Bangkok by night ne serait pas superflue. C’est de nuit que les villes sont les plus belles d’après mois. Toutes les lumières et l’ambiance particulière qui règne rendent ce moment vraiment spécial.

Ma voilà donc partie en direction du Moon Bar placé sur le toit d’un hôtel et offrant une vue à 360° sur Bangkok.  Le problème c’est que je n’avais pas planifié que l’hôtel en question était un établissement de luxe avec spa et tout le bazar.

Du coup, quand je suis arrivée sur place avec mon pantalon difforme, mes cheveux en bataille et clairement plus aussi fraîche qu’après une douche, je me suis sentie un peu seule au milieu de tout ces gens en costard et robe de cocktail.

Mais, l’accueil qui m’a été réservé était tout même très bon (comme s’ils n’avaient rien vu) et on m’a gentiment accompagné jusqu’à la terrasse où j’ai pu siroter un Mojito au prix parisien) C’est à ce moment là que la batterie de mon relfex a décidé de tomber en rade…On ne peut pas gagner à tous les coups.

Le jour suivant on prend les mêmes et on recommence. Après tout ça, j’avais grand besoin d’un rafraîchissement !J’ai rencontré quelques voyageurs comme moi dans le bus qui me conduisait à l’hôtel.

On a sympathisé et décidé d’aller boire une petite bière pour se rafraîchir.

En arrivant à Khao San, j’ai trouvé la rue bien calme, alors qu’il était déjà 19h30 et que les bars auraient déjà dû être remplis de touristes à moitié ivre mort. Et bien figurez-vous, qu’un couvre-feu a été instauré pendant que je faisais chauffer les semelles de mes baskets.

Tout le monde au lit à 22h et reprise de l’activité à 5h.

Je peux vous dire que l’ambiance était morose. Les commerçants vont perdre beaucoup d’argent et au-delà de l’aspect financier, les thailandais sont très inquiets de voir la situation perdurer.

Officiellement, cela ne doit durer que le temps d’une journée, mais officieusement, cela peut durer pour des années. Le commerçant qui nous expliquait tout ça, était tout ému 🙁

Je ne sais pas quels sont les risques encourus si la police où les militaires me trouvent dehors après 22h. Je n’ai pas vraiment envie d’essayé, mais il est 23h30 et certains ont d’ores et déjà débuté les tests…

Toujours est-il, qu’il n’y a pas de raison de paniquer. Je pars au plus tard après-demain pour le nord du pays, qui devrait être plus calme.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.