Chine
Chine

Chine : 4 jours pour découvrir Beijing

Après une escale de deux jours à Singapour avec 40ºc de fièvre, je finis par décoller avec Malaysia Airlines. Ambiance... A l'approche de Beijing, on nous diffuse un petit film sympathique qui incite à se dénoncer en cas de symptômes grippaux. Idem sur le formulaire destiné à l'immigration. J'ai préféré taire mon épisode fiévreux. Je n'avais pas envie de me retrouver en quarantaine. Etant remise, je ne voyais pas l'utilité d'en parler.

Et puis je me suis dit : "comment ils peuvent savoir si je mens ou pas de toute façon"

Et bien, c'est très simple, il y a des détecteurs de chaleur corporelle à l'aéroport de Beijing. Vous passez sous un portique et votre corps apparaît sur un écran avec les zones de chaleurs. Si c'est vert tout va bien. Truc de ouf !!!!! Et, Beijing, c'est comme ça tout le temps ! Il y a des trucs de dingue partout.

Par exemple : la pub. A Paris, quand vous prenez le métro et que vous êtes dans un tunnel, vous avez le choix entre un mur tout noir à gauche ou un mur plein de graffitis et de tags à droite. Ici, vous avez des vidéos de pub diffusées sur les murs des tunnels.

Ce n'est pas que je tienne particulièrement à voir apparaitre davantage de pub dans les transports en communs, c'est juste que j'ai eu l'impression d'avoir débarqué dans l'épisode II de retour vers le futur. Je ne m'attendais tellement pas à un tel étalage de modernité.

Je n'arrive pas à savoir s'ils ont mis des écrans à LED ou si c'est projeté directement sur le mur. Bref, la pub est partout. Même sur la place Tian'Anmen ils ont mis des télé géantes (vraiment géantes) qui diffusent des images de régions chinoises en mode office du tourisme.

Autre exemple : les gares. J'ai rencontré Liu à Singapour. Il rentrait en Chine quasiment en même temps que moi et m'a proposé de m'aider dans la réservation de mes billets de train.

On s' est donc retrouvés à la gare de Pékin. Les guichetiers sont équipés de micro dont le volume sonore est juste insupportable. C'est tellement bruyant à droite comme à gauche qu'on a du mal à entendre ce que la dame nous dit. Au bout de 15min j'avais envie de taper sur tout le monde tellement c'est stressant. Quand je pense qu'ils subissent cela toute la journée...

L'épisode dans la librairie était pas mal aussi. Je cherchais un livre et j'ai demandé à une vendeuse où je pouvais le trouver. Elle m'a répondu en faisant un geste de la main (son index, son majeur et son annulaire étaient repliés dans la paume de sa main.) Grand moment de solitude. Soit elle m'indique l'étage et au quel cas, je ne sais pas ce que cela veut dire, soit elle est fan de Ronaldinho. J'ai compris un peu plus tard que cela voulait dire 6.

Enfin voilà, c'est trop bien. Le dépaysement est total 🙂 Bon à part cela, j'ai quand même visité les incontournables.

 

La Cité Interdite

Le Dernier Empereur est un de mes films préférés. Du coup, visiter la cité interdite était o-bli-ga-toir ! L'idée de marcher dans ce dédale de passages et traverser ses cours immenses m'émouvait d'avance.

Bon j'ai un peu déchanté quand j'ai compris que visiter la cité interdite c'est comme allez à Eurodisney un samedi en été et un jour où il fait beau. C'est plein à craquer !

J'ai quand même apprécié ma visite et étais toute impressionnée par le grandiose de la cité. Je ne crois pas avoir tout vu, mais tout est tellement grand que de toute façon vous pouvez passer des heures à déambuler sans jamais passer deux fois au même endroit. Enfin, je crois...

En plus les noms des salles et des portes sont trop classe : la salle de l'harmonie suprême, la la salle de la Nourriture de l'esprit, la Porte de la Pureté céleste... La seule chose qui m'a déçue est la manière peu pédagogique dont les reliques sont présentées. Visibles depuis l'extérieur des salles uniquement, à travers des vitres sales. Autant vous dire qu'il est compliqué de voir le moindre bibelot à travers un rideau de touristes chinois et de poussières.

 

Tian'Anmen

En 1989, j'avais 7 ans et je voyais pour la première fois les images de la révolte étudiante. Une image m'a particulièrement marquée (elle aura aussi marquée l'Histoire.) Celle de cet homme, seul, au milieu de cette immense avenue vide, défiant un char. Tout un symbole. La place en elle-même n'est pas vraiment belle. Elle est juste très grande et donne sur la cité interdite. Mais être sur les lieux d'un événement historique contemporain, une page de l'histoire que l'on aura connu si ce n'est vécu, reste très impressionnant.

 

Le Palais d'été

 La famille impériale venait séjourner ici pour échapper à la chaleur Pékinoise. Le nom est un peu réducteur. Ils auraient dû l'appeler le Domaine d'été. C'est tellement grand ! Plein de temples et de salles, de jardins, un lac immense etc...J'ai adoré.

C'est un incontournable de Pékin. Les temples chinois sont de loin ceux que je préfère jusqu'à présent. Plein de couleurs, de symboles et d'ornements. C'est magnifique. Toujours autant de monde, mais on arrive à se trouver un petit coin presque calme de tant à autre. Et puis il y a toujours ces noms improbables que j'aime particulièrement : la tour des Fragrances bouddhiques, le temple de la Mer de sagesse, la salle des Nuages ordonnés...C'est génial. A voir absolument.

 

Le Temple des Lamas

 De loin la plus calme des visites. Je vous la recommande rien que pour l'ambiance feutrée et le bouddha taillé dans une seule pièce de bois de sental. (Inscrit au livre des records !)

 

La Grande Muraille

Au départ, je voulais me rendre sur le site de Jiankou. La vue serait plus belle et ce tronçon est plus authentique (entendez moins restauré) moins fréquenté. Ceci dit c'était tellement compliqué que j'ai fini par me rabattre à mon grand désespoir sur Badaling, le tronçon le plus célèbre, ce qui signifie une horde de touristes. Et bien pas de regret.

C'est vraiment très impressionnant. La muraille s'étire à perte de vue et le paysage est plutôt joli. Jalonné de collines et de garrigue, on se croirait en Provence. Étant arrivée sur place en début d'après-midi, j'ai commencé par le côté sud, quasiment désert pour ensuite finir par le côté nord qui s' était presque vidé des touristes. J'aurais eu plus de temps, je serais restée pour le coucher de soleil, mais je ne pouvais pas risquer de rater mon bus.

Pour avoir toutes les informations pour vous rendre sur la Grande Muraille de manière indépendante, c'est par ici !

 

Conclusion

 

Voilà, quatre jours à Beijing, c'est un peu court. J'ai passé plus de temps dans les sites touristiques qu'à me promener en ville, comme je le fais habituellement. Du coup, je pourrais vous dire que j'aime bien Pékin, mais ma vision est un peu limitée. En tout cas, l'impression que j'ai de la capitale chinoise est très bonne.

 

One Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.