Europe,  France

Bivouac aux Lacs de Chesery dans la Massif des Aiguilles Rouges

Direction les Alpes, Chamonix et la Réserve Naturelle des Aiguilles Rouges pour un bivouac aux Lacs de Chesery !

Cela faisait un certain temps maintenant que l'envie de partir en randonnée me titillait.

Les grands espaces et le contact avec la nature me faisaient du pied et je n'avais pas encore trouvé l'occasion de répondre à l'appel. Lorsque l'opportunité s'est présentée de partir avec Johann qui a grandi au milieu des montagnes, je ne pouvais pas passer à côté ; surtout que les conditions météo étaient vraiment parfaites 🙂

Johann a tout prévu pour ces deux journées de marche et il connaît le coin comme sa poche. Je n'ai qu'à profiter du panorama et de ses conseils. Et quel panorama !

Les pins disparaissent dès que nous prenons un peu d'altitude, pour laisser la place à des arbustes, plus touffus et plus robustes. La vue se dégage lentement et le massif des Alpes s'impose de plus en plus à notre vue.

Le Mont-Blanc est là, dominant et puissant et en même temps un peu tendre, avec son sommet arrondi. La sensation d'écrasement est moindre ici, on prend de la hauteur et on se sent un peu moins petit. On n'est plus obligé de lever le nez pour apercevoir une pointe ou un sommet. Il n'y a qu'à regarder la ligne d'horizon et tendre les bras 🙂

Nous continuons notre ascension, entrecoupée de moment d'observation et de dégustation des dernières myrtilles sauvages. Johann me cite le nom de chacun des sommets que nous voyons, je n'en retiendrais que peu hormis l'Aiguille du Midi, l'Aiguille Vert et le Mont-Blanc :p La mer de glace est là elle aussi, bien qu'elle ait incroyablement reculée depuis ces dernières années. Elle laisse un sillon impressionnant là où autrefois, se chevauchaient des crevasses glacées. Témoignage du changement climatique...

Mer de glace - Alpes
Lac de Chesery
 
 

Nous croisons encore quelques randonneurs. La saison touche à sa fin et le froid arrive, mais le beau temps amène les irréductibles 🙂 Le ciel est d'un bleu magnifique, pas un nuage en vue et le soleil brille durement. On pourrait croire à une journée d'hiver sur la Côte d'Azur après une journée de Mistral. Mes jambes s'habituent à l'effort, mais mes épaules, elles, sentent de plus en plus le poids du sac. Il est pourtant peu chargé. Il faut que le cuire se tanne comme on dit ^^

En approchant des lacs de Chesery, des randonneurs nous informent que des bouquetins stationnent près du sentier. Autant vous dire que j'aurais été moitié moins contente si on m'avait annoncé l'abandon du TAFTA :p

Effectivement, une famille est là, des femelles et leurs petits grattent la terre à la recherche de nourriture. Notre présence ne semble pas les émouvoir outre mesure. Les plus jeunes ont à peine l'air interrogatif.

 
 
Bouquetins aux Cheserys
Bouquetins
Lac de Chesery

Nous poursuivons notre chemin et croisons deux des trois lacs de Chesery. Ils ont l'air un peu triste et isolés en bas des falaises qui nous surplombent. Je scrute le ciel à la recherche d'un Aigle, mais rien de ce côté là... Après quelques efforts supplémentaires, nous arrivons en haut d'une butte où apparaît le troisième lac avec en toile de fond, le Mont-Blanc et l'Aiguille du midi. C'est tout simplement magnifique. Quelques nuages au loin tentent de s'accrocher aux pics et dès que la petite bise retombe, le lac se transforme en un miroir géant, renvoyant le reflet du massif alpin. 

Lac de chesery
Lac de chesery

Nous trouvons un coin sympa où planter notre tente et bivouaquer pour la nuit. Nous n'aurons pas vue sur le Mont-Blanc au réveil, mais peu importe, le cadre est grandiose. Un randonneur est sur les bords sur lac lui aussi. Il prend des clichés des montagnes et des bouquetins qui viennent se réchauffer au soleil avant qu'il ne disparaisse définitivement derrière les roches. Il restera jusqu'à la quasi tombée de la nuit, à essayer de prendre le cliché parfait des montagnes se reflétant dans le lac et rougissant au fur et à mesure que le soleil se couche. Il redescendra de nuit à l'aide de sa lampe frontale. Je dois dire, que je n'étais pas vraiment rassurée pour lui.

Nous remplissons nos bouteilles directement au ruisseau. L'eau est fraîche et pure. Son goût est absolument parfait, impossible de deviner qu'elle sort de la montagne. Je n'aurais jamais cru que de nos jours, il était encore possible de boire de l'eau directement à la source. Ça fait du bien 🙂

Lac de chesery
Lac de chesery

Nous retournons au campement avant qu'il ne soit à l'ombre et finissons de nous installer pour la nuit. Quelques derniers clichés avant de remonter et nous nous installons pour l'apéro avec vue sur le monde. Au moment où tout est calme et où le froid et la nuit arrivent en même temps, deux bouquetins mâles passent près de nous. Ils descendent lentement et fièrement en direction du lac. Chaque pas semble être un avertissement pour l'autre. Très vite les premiers bruits de frottement retentissent. Les deux jeunes mâles s’entraînent doucement au combat. Le bruit des bois qui s'entrechoquent et glissent les uns sur les autres résonne légèrement dans la cuvette que forme le lac.

L'obscurité laisse apparaître les premières étoiles. Quelques heures plus tard, elles sont des milliers au-dessus de nous. On se sent tout petit à observer le ciel et on laisse facilement son esprit vagabonder et dériver. Et on se souvient que nous ne sommes finalement qu'une infime partie d'un ensemble sans fin, perdus quelque part dans l'étendu de la vie. Moments philosophiques qui ne surgissent que dans ces moments là 🙂

Le lendemain matin, les premiers rayons du soleil viennent frapper la tente. La bruyère est recouverte d'une fine pellicule blanche et les deux petits lacs sont gelés. Le froid est mordant, mais vivifiant. Le temps est suspendu. La nature attend que le soleil franchisse le massif pour donner le signal du départ de cette nouvelle journée.

Lac de chesery

Après un petit déjeuner avec vue, nous repartons plus haut en direction du Lac Blanc, qui sera le point culminant de ces deux jours de randonnée, avant de redescendre dans la vallée.

Le refuge est fermé, mais la présence du chalet donne un air un peu mystérieux à l'endroit. Le Lac Blanc est beaucoup plus grand que les lacs de Chesery et sa couleur me fait penser à celle d'un lait au sirop de menthe. La tranquillité du lieu est magique. Les Chocards à bec jaune sont nombreux, mais toujours pas d'Aigle Royal en vue. Des jumelles auraient probablement augmenté les chances d'en apercevoir un ou deux près des falaises. Au moment de quitter le lac, une hermine pointe le bout de son nez derrière un rocher. Elle bondit et se faufile entre les parois et les fissures rocheuses. Elle est à peine à une dizaine de mères. Je n'arriverai pas à capter une image flatteuse de l'animal, elle va beaucoup trop vite pour que je puisse régler mon appareil correctement, mais je ressors heureuse de cette rencontre furtive.

 
Lac blanc
Lac blanc
Lac blanc
Lac blanc
Lac blanc

La descente est probablement tout aussi difficile que la montée. Mes épaules sont en feux et mes cuisses commencent à avoir du mal à me soutenir. Cependant, je me sens étonnamment mieux que les quelques touristes en jean blanc et Stan Smith que nous croisons sur le chemin ^^ Cela faisait déjà un bon moment que nous étions en train de descendre lorsque nous les avons croisés. Autant vous dire que j'aurais payé cher pour voir leur tête face aux échelons fixés à pic :p

Les conifères et les feuillus reviennent progressivement au fur-et-à-mesure que nous descendons. Quelques grimpeurs s'exercent sur les voies d’escalades tracées par les prédécesseurs. Cela donne envie. La satisfaction d'être allé au bout de soi et la gratification d'atteindre un sommet mythique. Nous ferons la descente en deux heures. Je suis tout simplement exténuée, mais heureuse de ces deux journées passées au milieu de la nature. D'autres randonnées devraient suivre celle-ci et j'espère m’aguerrir un peu pour attaquer des circuits plus longs et plus techniques dans les prochains mois, et partager avec vous les beautés de la nature 🙂

 
Lac de Chesery
Lac blanc

Informations pratiques

Pour avoir plus d'informations concernant la Réserve Naturelle des Aiguilles Rouges, notamment sa faune et sa flore, ou tout simplement, ses points d'accès, je vous invite à consulter les pages ci-dessous 🙂

AIMER C'EST PARTAGER 

4 Comments

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.