Philippines

Philippines, voyage entre terre et mer

Une vie ne suffirait pas pour arpenter les quelques 7000 îles qui composent les Philippines.

C’est certainement ce qui en fait une destination aussi atypique qu’énigmatique. Il y a tellement de choses incroyables à voir et à découvrir, qu’il est presque impossible de faire son choix sans avoir à un moment, le regret de ne pas en avoir fait un autre.

Pour ma part, j’ai préféré m’éloigner des circuits touristiques, quitte à « rater » quelques plages de sable blanc et leurs eaux cristallines. Je suis passée à côté de Boracay, de ses plages légendaires et de son tourisme de masse sans regret. Ce choix fut largement récompensé par l’accueil que les philippins m’ont réservé partout où je me suis rendu. Comme souvent, lorsque l’on voyage en indépendant, se rendre d’une ville à une autre est épuisant. Tout prend plus de temps, mais c’est un temps où l’on partage pendant quelques heures le quotidien des populations locales. On doit parfois prendre dans la même journée trois modes de transport différents : jeepney, bateau, moto…

Le bateau…Outil indispensable au développement et à la vie sur les îles. Les philippins vivent sur l’eau. Ils sont l’eau. En permanence en train de voguer sur les vagues, ils connaissent chaque recoin de la mer qui les entoure. Les enfants se baignent en se jetant des bangkas et les pêcheurs vivent à seulement quelques mètres du rivage. Ils installent leurs villages au plus près de la mer et réparent leurs bateaux avec la passion et la délicatesse des ébénistes.

Lorsqu’ils ne sont pas occcupés à voguer, les philippins sont dans les champs. Je n’avais pas revu les rizières depuis que j’étais rentrée de mon tour d’asie deux ans plus tôt. Je n’avais pas réalisé à quel point elles m’avaient manqué, avant que je ne revoie les jeunes pousses d’un vert vif ondoyer sous la brise.

Ce sont les mêmes qu’au Vietnam, au Cambodge ou qu’en Indonésie, tout en étant différentes. Il s’en dégage une impression de calme et de sérénité. La présence des buffles rend la scène encore plus authentique. Le dépaysement est total et rafraîchissant.

Les Philippines se différencient de l’Asie sur plusieurs points bien que des similitudes restent flagrantes. Comme cette capacité à trouver une solution à chaque problème, le système D est très développé. Mais en même temps, j’ai eu l’impression que les philippins avaient plus de choses en commun avec le modèle occidental.

Certains détails dans la manière de se comporter les uns envers les autres, vis-à-vis des étrangers également…il n’y avait pas de gêne, pas de déséquilibre dans les rapports et dans les échanges. Une prise de conscience environnementale que je n’avais pas ou peu constatée lors de mes précédents voyages sur ce continent. Un niveau d’instruction qui m’a semblé plus élevé également. Un sentiment qui est peut-être lié à la multiplications des échanges que j’ai eu avec les philippines, plus qu’ailleurs en Asie. C’est une destination lointaine mais elle vaut largement les 18h de voyage. Ne serait ce que pour la gentillesse des gens que vous rencontrerez. Je ne peux que vous recommander de vous rendre là bas et de goûter la douceur de la vie des îles 🙂

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.