Europe,  Turquie

Citytrip : Escapade de couleurs et de saveurs à Istanbul

En général, lorsque l’on planifie un voyage ou un week-end vers une destination inconnue, on s’est déjà un peu documenté et on a déjà vu un certain nombre de photos qui permettent de se faire une idée du lieu où l’on va.

Istanbul est une destination très connue et il est assez difficile de ne pas se faire une première idée de la ville.

Eveil des papilles

J’avais repéré que la cuisine turque avait un bon potentiel. Je m’étais découvert une passion toute nouvelle pour les Loukoum. mais ceux dont on ne parle pas assez, ce sont des Loukoum enrobés de pétales de roses ou à la pistache ou encore à la figue. Un pure régal !!!!
Autant vous dire que lorsque l’on est gourmande, Istanbul c’est un peu la ville du pêcher. On s’arrête tous les deux mètres pour admirer les vitrines des pâtissiers, qui mettent savamment en valeur leurs créations.

Là où tout a basculé, c’est lorsque j’ai goûté à mon premier Baklava. Il est difficile de faire plus gras, mais le mélange entre le miel, le biscuit et la pistache vous explose en bouche et vous laisse un sentiment de frustration lorsque après seulement deux bouchées, vous en avez fini. Comme pour les Loukoum, différentes saveurs s’offrent à vos papilles et s’assurent de vous faire découvrir un nouveau monde de douceurs. Rien que d’en parle j’en ai l’eau à la bouche 🙂

J’ai également revu à la hausse l’opinion que je pouvais avoir des Kebab. Ils n’ont absolument rien à voir avec les sandwichs infâmes que l’on trouve en France. Ici ce sont des brochettes de viande avec ou sans légumes, accompagnées de riz ou autres condiments à manger avec une galette. Normalement, c’est votre unique repas de la journée.
Et bien-sur les Pide ! Pizza légèrement ourlée sur les bords avec une bonne couche de fromage et d’accompagnement de légumes. Je suis fan !

Entre Histoire et modernisme

Mon autre surprise, fut le quartier de Beyoglu. Un Istanbul moderne, jeune, dynamique et artistique où se mélangent des ruelles étroites remplies d’articles vendus en gros, bars à l’ambiance underground et boutiques de créateurs quelques mètres plus loin. Un quartier très moderne et moins touristique que Sultanahmet, tout en ayant beaucoup de charme. L’architecture des bâtiments est restée traditionnelle, même si certains building font leur apparition par moment.

Istanbul est une ville très colorée. Ce fut ma troisième surprise. De petites touches de couleurs surgissent au détour d’une rue ou d’un immeuble. Que ce soit des escaliers repeints aux couleurs de l’arc en ciel ou les arbres en fleurs ou les boutiques vendant les lampions de verre. Les marches sont également très colorés. Le marché aux épices et un vrai régale pour les yeux.

Alors évidemment, Istanbul est un magnifique terrain de jeu pour quiconque apprécie l’art religieux musulman. Cela m’a rappelé l’Andalousie.

Les anciennes basiliques transformées en mosquée sont tout simplement époustouflantes de beauté. J’ai été particulièrement émue par la mosquée de Souleyman le Magnifique. D’autant que la vue sur le Bosphore depuis les jardins vaut le détour.

La mosquée bleue est une merveille architecturale, mais un peu trop fréquentée à mon goût.

Le clou du spectacle, ce sont tout de même les Stambouliotes. Chaleureux, accueillants et tantinet dragueurs 😉

A voir pendant un séjour de 4 à 5 jours !

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.