Vipassana Center
Malaisie

Malaisie : 10 jours dans un centre de méditation

En 2012, j’entends parler pour la première fois des centres de méditation Vipassana, par le biais du blog de voyage de l’amie d’une amie. Elle a fait l’expérience en Inde et avait l’air tellement enchantée que j’ai voulu tenter l’expérience.

Vipassana c’est quoi ?

 

Une technique de méditation bouddhiste née en Inde en 250 avant Jésus (ou quelque chose comme ça), basée sur la conscience et l’éveil de soi. La technique s’est perdue, mais a été préservée dans sa forme la plus pure en Birmanie où les maîtres moines se sont transmis les enseignements Vipassana de génération en génération, jusqu’à la création du premier centre de méditation dans les années 50 à Rangoon.

Par la suite, Vipassana est revenue sur sa terre originelle et s’est répandue un peu partout dans le monde.

Le but de la méditation Vipassana est d’éradiquer toute forme de souffrance psychologique et de permettre d’atteindre le bonheur. Chouette programme. On adore, on adhère 🙂

Oui, parce que c’est le but de la méthode Vipassana. Atteindre le bonheur en apprenant à gérer et à éviter les situations négatives.

« La peur, la colère, la frustration conduisent à la négativité. Les forces négatives sont très puissantes »

 

Me voilà donc en Malaisie, lieu où j’ai décidé de suivre le programme de 10 jours.

Le centre de Dhamma Malaya, est très bien équipé en terme d’infrastructures. Je n’ai pas d’élément de comparaison, mais pour en avoir discuté avec d’autres participants, on est bien servis : chambre individuelle, salle de bain privée, bonne cuisine.

Une fois que tout le monde a pris ses quartiers on se retrouve pour le premier briefing avec annonce du programme quotidien. Et là ça pique.

Les journées démarrent à 4h00 du matin pour se finir à 21h30. Il ne s’agit que de méditation encadré par des personnes expertes en la matière et à même de répondre à nos questions. Les journées sont bien sûre entre coupées de périodes de pauses, de déjeuner et d’isolement.

Les préceptes à suivre pendant la retraite sont les suivants :

1) pas de produits intoxicants (tabac, alcool, drogue…)
2) pas de sexe
3) silence absolu (sauf si on a des questions ou des besoins spécifiques et dans ce cas on s’ adresse à l’équipe encadrante)
4) interdiction de dire des mensonges
5) pas de communication vers l’extérieur (ce qui veut dire pas de livre, de stylo etc…et bien sûr pas de téléphone)

On te retire absolument tout, sauf tes vêtements et ta brosse à dent. L’idée est de permettre à l’esprit de rester concentré et de ne pas se laisser distraire. Les hommes et les femmes sont séparés et aucune communication entre les deux sexes n’est autorisée. De quelque forme que ce soit.

Cela depend des centres, mais nous étions tous dans une grande salle avec des coussins attribués à chacun d’entre nous. J’avais le coussin 7C. Grâce à cela, j’ai passé 10 jours avec Eurythmics.

Association d’idées imbattable : 7C se prononce « seven sea » et là à chaque fois que je regagnais mon coussin : sweet dream…nananana…I travel the world and the seven seas everybody’s looking for something…(vous me direz combien de temps vous l’avez eu dans la tête celle-là. Pas la peine de me remercier :))

Donc on aligne une centaine d’étudiants hommes d’un côté de la salle et femmes de l’autre.

Il y a certaines règles de bonnes conduites à suivre :
1) on n’étire pas ses jambes en pointant ses pieds vers les profs
2) on garde une tenue correcte
3) on ne s’allonge pas

Quand on passe en moyenne 10h par jour dans la même pièce qu’une centaine d’autres personnes, il y a certains petits dérapages. Des effluves corporels qui tentent une sortie discrète. En général, la trahison du coussin est immédiate. Cela venait surtout du côté des garçons (sans vouloir accuser personne) Même si j’ai entendu 7D (juste à ma droite) tenter une opération brise légère qui s’ est transformée en tempête du désert. ^^

Je m’égare…

Comment j’ai vécu le stage

Pour ma part, cela a été une épreuve psychologique et physique. Pendant la méditation, vous avez des moments où vous ne parvenez pas vraiment à vous concentrer (autant vous dire que me concernant il y en a eu un paquet.) Du coup, vous vous mettez à penser et à réfléchir à vous, votre vie, vos erreurs (je pense que c’est la partie qui a le plus occupé mes pensées) etc…

Tout cela assise en tailleur sur un coussin de 40 cm2 et de 5 cm d’épaisseur.

Alors vous commencez à être en colère, parce que vous êtes venue pour du bien-être et du bonheur et qu’au final, vous ressentez souffrance et peine. Et bien cela fait partie du processus : accepter la douleur pour rejeter la colère.

Les premiers jours je tenais 10 min en tailleur avant de changer de position. Après, j’en ai trouvé une où je pouvais tenir une heure, mais elle n’est pas idéale pour la méditation. Aujourd’hui, je peux rester 30min en tailleur. Cela en fera sourire plus d’un, mais je vous invite à tenter l’expérience et à rester assis dans cette position pendant 1 heure sans bouger un cil. Vous comprendrez mieux de quoi je parle :p

Une fois qu’on accepte d’avoir mal, on arrive à se concentrer plus facilement et à canaliser la douleur. A la faire disparaître par moment. Cela dit, je vous recommande d’écouter votre corps. Il est inutile d’aller au-delà du supportable au risque d’entraîner de sérieux dommages à vos articulations

La méditation est épuisante. Je pense que ma tension est passée à 8 dès le premier jour. Un peu comme tout le monde d’ailleurs.

Et puis il y a les moments où l’on doute. On veut partir du centre. On se dit qu’on a rien à faire là, que de toute façon ça ne marche pas. Mais on reste. Parce qu’on veut aller jusqu’au bout et ne pas passer à côté de la recette du bonheur, et qu’objectivement, on commence à se sentir infiniment bien malgré tout 🙂

Il se passe quoi dans notre corps ?

Il n’y a pas de règle.

Le jour 8, tous les muscles de mon bras droit se sont mis à vibrer en continue et puis cela s’est arrêté. D’autres ressentent de la chaleur ou une sensation d’engourdissement. Mais cela reste très variable. Je n’ai pas atteint l’éveil, mais cela m’a fait un bien incroyable et j’espère bien continuer à pratiquer par la suite. Je vais juste attendre que mes genoux se remettent de la petite blague.

La connaissance de Soi, ou la réalisation de Soi, c’est reconnaître pour vous-même et par vous-même, qu’il n’y a aucun Soi à réaliser. Cela va être un choc fracassant

U.G Krishnamurti

Vipassana c’est bien, mais…

Les techniques de méditation basées sur le conscience de soi sont très bien. Des études récentes tendent à montrer qu’elles permettent une meilleure concentration et qu’elles permettent de développer certaines parties du cerveau peu utilisées. Elles aideraient même à retarder le vieillissement. Cela coûte quand même moins cher que tous les pots Q10+ que l’on peut acheter.

Cependant, il faut rester prudent. Ces mêmes études indiquent que des personnes présentant un terrain psychologique instable pouvant développer de serieux troubles du comportement par la suite.

Il existe plein de méthodes de méditation. Il faut juste trouver celle qui vous convient le mieux.

Il existe des centres de méditation un peu partout dans le monde. Si tout ce que je viens de vous raconter ne vous a pas trop effrayé vous pouvez toujours vous lancer 🙂

Les séjours sont totalement gratuits et fonctionnent uniquement sur la base de la donation. Vous donnez la somme que vous voulez, si vous le voulez.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.